Une semaine en Flandre belges

A la fin du mois de janvier, j’ai quitté mon premier boulot après quasiment 5 années de bons et loyaux services. J’ai profité des quelques semaines de transition qui découlent de ce changement de poste pour partir à la découverte de villes flamandes que je souhaitais visiter depuis un bon moment (en fait, depuis la superbe campagne de publicité dans le métro parisien) : Gand (Gent), Malines (Mechelen) et Anvers (Antwerpen). C’était également l’occasion de retourner dans la capitale belge où je n’avais pas mis les pieds depuis 6 ans et de partir en vacances seule – il y avait donc un peu d’appréhension derrière ce départ…

Je vous livre ici mon carnet de route (ou plutôt de rail dans mon cas) de cette semaine flamande.

•| Gand – Jours 1 & 2 |•

Je vais être franche et directe : j’ai adoré Gand ! La ville est magnifique, dynamique, les gens très sympathiques (cela aura été une constante pendant tout ce voyage d’ailleurs). C’était un plaisir d’y flâner – même si la météo n’a pas été forcément clémente avec moi. A la tombée de la nuit, un côté magique se dégage des bâtiments (très bien) illuminés : à la période des fêtes de fin d’année, la ville doit être enchanteresse… On compare souvent Gand et Bruges et pour moi le match est sans appel : Gand gagne haut la main !

Un de mes petits plaisirs quand je suis dans une ville flamande est d’aller me balader dans les béguinages – des rangées de maisons en briques, souvent encerclant un espace vert et une église, où vive(ai)ent des Béguines, des femmes pieuses laïques ou religieuses. La plupart sont aujourd’hui occupés par des particuliers qui ont réussi à conserver l’atmosphère calme, sereine et hors du temps de ces lieux. A Gand, j’ai été servie puisque deux béguinages existent encore au sein du centre ville.

La météo, un peu tristoune, m’a poussée à faire des activités d’intérieur. Première étape, la montée au sommet du Beffroi où l’on a une très belle vue sur la ville. Pour la petite histoire, la flèche de la tour est ornée d’un dragon, désormais symbole de la ville et d’une bière locale, la Gulden Draak.

Je me suis également rendue au Musée du Design qui prend place dans un magnifique bâtiment : la visite m’a beaucoup plu et m’a donné envie de me pencher un peu plus sur la création belge qui semble foisonnante… Dans la même veine, j’ai visité le SMAK, le centre d’art contemporain communal, qui siège dans un ancien casino. Le lieu est superbe et le café au rez-de-chaussé très agréable pour une petite pause. Par contre, les installations présentées étaient trop poussées pour moi. Je vous suggère de vous renseigner sur les artistes présentés avant de vous y rendre !

Enfin, la ville regorge de cafés sympas et mignons pour prendre une boisson chaude ou une bière à un prix honnête (comprenez « non-parisien ») et y passer un agréable moment, un livre à la main – une de mes occupations favorites pendant cette semaine flamande !

… Boire des thés et des chocolats chauds chez Take Five et café Labath

… Manger un peu sain, entourée de plantes, chez Stek

… Et beaucoup moins sain dans une friterie de rue

… Loger à la très bonne auberge de jeunesse Uppelink (la vue de ma chambre sur le Pont Saint Michel était superbe)

•| Bruxelles – Jours 3 & 4 |•

Ah Bruxelles… toi et moi avons une histoire compliquée, faite de premières fois et de déceptions aussi. Tu es la première ville étrangère que j’ai visité toute seule : à 15 ans, à l’occasion d’un déplacement professionnel, mon père m’avait emmenée avec lui et laissée me promener la journée. J’étais fière d’avoir réussi à ne pas me perdre et faire ma petite vie (c’était l’époque où l’on n’avait pas de portable #coucoulamamie !). En 2011, j’ai passé 3 mois chez toi, pour un stage trouvé à la va-vite en remplacement de celui à Damas qui n’a pas pu se faire pour les raisons tragiques que l’on connait. C’était ma première expérience en entreprise pour de vrai (à la STIB-MIVB) et j’en garde un excellent souvenir. Les plus mauvais sont rattachés à cette période également : la météo (un été sous la pluie), l’ennui, la solitude, et le sentiment d’insécurité. Cela surprend quand j’en parle, mais ce que j’ai vécu pendant ces trois mois chez toi, je ne l’ai jamais ressenti à Paris. Alors, forcément, ce séjour de deux jours, 6 années plus tard, était mêlé d’appréhension et, en même temps, d’excitation.

J’ai donc commencé par les basiques, qui me donnent à coup sur le sourire : une gaufre liégeoise nappée de chocolat (désolée les puristes !), un film à la CINEMATEK (une valeur sure), un Stoemp-Saucisses, une (ou plusieurs) bonne(s) bière(s) dans un bar et discuter avec les gens… (vous remarquerez que mes bonnes expériences tournent autour de la nourriture, de la boisson et des gens… une constante sur toute cette semaine !)

J’ai donc flâné dans le centre, admiré l’incontournable et très belle Grand Place, cherché quelques murs dessinés que je n’avais pas vu auparavant, pris un thé dans les belles brasseries des musées et me suis aventurée dans les quartiers de Saint Gilles et du Châtelain (j’aurais aimé loger de ce côté mais je n’ai malheureusement rien trouvé à ma convenance) : les marchés du coin ont une bonne ambiance, avec des stands où l’on peu manger sur place. Cependant, ces déambulations se sont faites sans coup de cœur. Décidément, Bruxelles, tu me résistes !

J’ai voulu jeter un œil au MIMA, le nouveau musée bruxellois dédié à « la culture 2.0 » qui a récemment ouvert ses portes à l’ouest du Pentagone. Manque de chance, j’ai trouvé porte close sans véritable explication… Cela m’a néanmoins permis de me balader entre le quartier du marché aux poissons et le canal, coin que je connaissais mal et qui m’a bien plu. J’ai ainsi petit-déjeuné au Café Velvet, le long du quai au Bois à Brûler. L’ambiance y était amusante : quatre copines trente-quarantenaires, habillés de manière très pointue, y brunchaient : j’ai eu l’impression pendant une petite heure d’assister à un épisode de Sex and the City en version bruxelloise !

Enfin, j’ai prolongé mon expérience sur l’audace des belges et ai donc consacré une après-midi de mon séjour à Horta avec la visite du Bozar et de la maison Autrique, deux de ses œuvres architecturales. J’ai discuté avec plaisir avec les personnes qui tiennent la maison, de véritables passionnées de leur ville… Finalement, Bruxelles, il faut te vivre et non te visiter : ta beauté tient aux personnes qui t’habitent et te font vibrer !

… Manger une gaufre chez Maison Dandoy

… Déjeuner chez la Fin de Siècle

… Petit déjeuner au Café Velvet

… Boire un thé dans la brasserie du Musée des Instruments de Musique

•| Malines – Jour 5 |•

Jolie ville que Malines ! J’ai eu un petit coup de cœur pour cette ville charmante à souhait, où l’architecture contemporaine se mêle harmonieusement aux bâtiments historiques, et où le soleil a daigné faire son unique apparition de la semaine. J’en ai donc profité pour user et abuser des terrasses de la Grand Place –  surtout que Malines a une bière locale délicieuse : la Gouden Carolus. Mais attention, celle-ci est traître et le retour à l’hôtel a été difficile ! La brasserie se situe dans un des deux béguinages de la ville dans lesquels, vous l’aurez compris, je suis allée me promener.

Pour accompagner la découverte de la ville, Malines a eu la super idée de créer un « livret sensations », un carnet de coupons à présenter aux commerçants partenaires qui, en échange, nous font déguster certains de leurs produits. Je me suis vraiment prise au jeu et ai beaucoup aimé cette façon de faire visiter une ville (surtout pour la gourmande que je suis !).

Autre chouette expérience malinoise que j’ai beaucoup aimé : l’ascension de la Tour Saint Rombaut et ses quelques 500 marches (rassurez-vous, elle se fait par étapes). On découvre à cette occasion le fonctionnement de ses deux carillons qui résonnent 8 fois par heure et, clou du spectacle, la vue au sommet est superbe – même si, je l’avoue, étant un peu sujette au vertige, je ne me suis toujours pas sentie très bien.

 

… Boire une bière chez De Gouden Vis

… Dormir au calme à l’Hôtel Elisabeth

… Manger un burger chez Il Cardinale

•| Anvers – Jours 6 & 7 |•

Dernière étape de mon circuit, la créative Anvers, dans laquelle mon amie Laurie m’a rejoint pour le weekend afin de découvrir ensemble cette ville qui m’attirait depuis longtemps. Malheureusement, la rencontre a été un peu loupée : un temps horrible (coucou la pluie !) et, surtout, un mal de ventre épouvantable. Nous avons donc surtout visité les magasins et les cafés où nous avons bu de nombreuses boissons chaudes pour nous réchauffer. Et là dessus, c’est un sans faute pour Anvers : derrière chaque porte se cache une bonne surprise. Une chose est sûre : je reviendrai, cet avant-goût m’a donné envie d’en savoir bien plus !

Samedi, nous avons tenté de nous promener, entre les gouttes, dans le centre-ville historique. Il en résulte que nous avons franchi la porte de nombreux cafés et magasins ! Nous sommes rentrées également dans une belle demeure historique qui s’avéra être la celle dans laquelle Rubens à vécu : la visite, bien que pas exceptionnelle, était une parenthèse très agréable et sereine.

Le lendemain, le temps était un peu plus clément, nous nous sommes alors dirigées vers l’Escaut pour une promenade le long de ses berges jusqu’à l’ancien quartier portuaire qui accueille désormais le MAS (de Neutelings-Riedijk Architecten) et des logements plutôt haut de gamme. En chemin, nous sommes rentrée dans Het Steen, un des premiers bâtiments en pierre de la ville (steen signifiant pierre en flamand) qui abritait lors de notre passage un café qui avait l’air sympathique. Arrivées face au MAS, nous sommes montées à son sommet pour admirer le panorama sur la ville et la zone portuaire.

Arrivées en fin d’après-midi, nous avons dû nous diriger vers Berchem Station où Laurie prenait son bus. Nous avons alors déambulé autour de la rue Cogels Osylei qui est l’endroit parfait pour jouer à « la maison de mes rêves » : tous les styles, même si une large proportion est tournée vers l’Art Nouveau, sont représentés dans l’architecture de ses maisons, voire hôtels particuliers, plus luxueux les uns que les autres. Un régal pour les yeux (même si la pénombre commençait déjà à s’installer, rendant mes photos bleutées…).

Il est désormais temps à mon tour de me diriger vers la sublime gare centrale où m’attend mon train du retour. Au revoir la Flandre, la publicité n’était pas mensongère !

… Boire un verre au Chatleroi

… Boire un chocolat chaud au K. Zeppos

… Bruncher chez Roest


Je tiens à remercier Claire de VisitFlanders qui a eu la gentillesse d’accepter de participer à mon voyage, le rendant ainsi beaucoup plus riche en découvertes !

10 Replies to “Une semaine en Flandre belges”

  1. J’adore l’architecture des Flandres, je trouve ça si joli! J’ai eu la chance d’aller visiter Bruges il y a quelques semaines et j’ai trouvé cette ville magnifique! Bruxelles me tente bien comme future destination week-end! 🙂

    1. Le Petit Pois dit : Répondre

      Ah, si tu as aimé Bruges, tu vas adorer Gand alors 😉
      Bruxelles peut être une destination weekend sympa… Profite bien !

  2. Très chouette et très complet cet article que je garde sous le coude car j’ai beaucoup aimé le peu que j’ai vu des villes belges (Anvers, Bruges et Bruxelles). Bonne « rentrée » proffesionnelle alors pour ton nouveau poste !

    1. Le Petit Pois dit : Répondre

      Merci ! Cela fait trois mois maintenant… plus qu’un avant la fin de la période d’essai !
      J’ai vraiment eu un coup de cœur pour ces villes. La Flandre ne fait pas forcement rêver pour une destination « vacances » mais je ne regrette absolument pas mon choix !

  3. Voilà un article-fleuve qui a dû te demander beaucoup de travail !
    Je ne connais pas Malines, ni Gant, mais j’ai visité Anvers en décembre 2015, et malgré un temps très froid et gris, j’avais adoré cette ville… Comme tu le dis si bien, les petits bars et salons de thé sont vivants, chaleureux et invitent au cocooning, et toujours nous avons été accueillis avec le sourire malgré notre anglais foireux. Et puis les Belges ont une approche de Noël que j’adore, les choses ne sont pas faites à moitié et ça rend le voyage super nostalgique et doux en même temps.
    Merci pour ce compte-rendu détaillé que j’ai pris plaisir à lire 🙂

    1. Le Petit Pois dit : Répondre

      Merci pour ton commentaire. En effet, cet article m’a pris beaucoup beaucoup de temps : je voulais faire les choses bien, à la hauteur de cette semaine passée en Flandre ! Et c’est vrai qu’une des raisons de cette réussite et l’accueil qui m’a été réservé partout où je suis passée…

  4. Oh, c’est drôle car je suis justement en train de trier mes vieilles photos de la Belgique que j’avais découverte lors d’un stage en 2012 ! Et j’étais vraiment passée à côté de Malines et de son superbe béguinage tout rouge !
    C’est une très bonne idée d’avoir pris de vraies vacances entre deux boulots 😉 J’espère que le nouveau se passe bien et est passionnant !

    1. Le Petit Pois dit : Répondre

      J’ai oublié de te répondre 🙁
      Mon nouveau travail se passe bien, j’avais vraiment besoin de changer d’air… J’espère que s’en ai de même pour toi et ta nouvelle vie dans le sud !

  5. Un grand merci pour cet article, je connais déjà Bruxelles , Bruges et Anvers et je suis impatiente de découvrir le reste de la Belgique ! Tu me donnes super envie de partir dès demain pour la Belgique !

    1. Le Petit Pois dit : Répondre

      Ravie que mon article t’ai plu !
      Bon voyage en Flandre alors 🙂

Laisser un commentaire