Un séjour andalou | Cordoue, Grenade & Séville

Début Mai, j’ai – comme beaucoup de français – profité des jours fériés pour poser quelques jours de congés et ainsi avoir deux belles semaines de vacances. J’ai alors décidé de partir en Andalousie, une région qui m’attirait depuis bien longtemps. N’ayant trouvé personne pour m’accompagner, j’ai décidé de passer 10 jours en solo dans le sud espagnol après un weekend à Madrid chez mon amie Sarah. Au programme de mes pérégrinations, les villes de Cordoue, Grenade et Séville – un circuit volontairement restreint (j’ai par exemple décidé de ne pas me rendre à Ronda ou Cadix) afin de ne pas passer cette longue semaine sur la route, mon sac sur le dos, mais de plutôt profiter de l’ambiance que chaque ville pouvait m’offrir et prendre le temps de ralentir. Avec le recul, je me dis que cette combinaison était parfaite : j’ai réellement eu le temps de profiter sans courir de ce très beau voyage(tout en ayant des journées denses, on ne se refait pas !) ; et, de son côté, l’Andalousie a tenu toutes ses promesses…

•| Cordoue, ou le bruit des fontaines |•

A peine sortie de la gare de Cordoue, après un voyage bruyant (les mamies espagnoles, c’est tout de même quelque chose !), je me suis sentie particulièrement bien : un cœur marchand animé, un centre-ville historique relativement étendu avec une zone touristique restreinte, de jolis quartiers tout en ruelles et placettes ombragées… tout était parfait pour se sentir en vacances !

Les dates de mon séjour correspondaient à la Fête des Patios – le concours du plus beau patio de Cordoue – à l’occasion de laquelle les candidats ouvrent leurs cours aux visiteurs. Même si je ne suis pas une grande amatrice de géraniums et bégonias, j’ai beaucoup aimé suivre les itinéraires proposés qui emmènent dans des quartiers moins touristiques de la ville et font rentrer dans des jardins de poche aux belles faïences et ornés d’une fontaine. Si je dois d’ailleurs ne garder qu’une sensation comme souvenir de Cordoue je crois que ce serait le bruit de l’eau : les fontaines, décoratives ou à boire, sont omniprésentes dans toute la ville.

La visite incontournable de Cordoue est la Mezquida, la cathédrale de la ville qui prend place au centre d’une ancienne mosquée. La quiétude de l’endroit, sa beauté, l’alternance entre l’ombre de l’architecture musulmane et l’éclatante blancheur de la cathédrale, les enfilades à perte de vue d’arches identiques m’ont particulièrement frappée. L’histoire de l’Andalousie, de la rencontre entre différentes cultures et religions qui ont vécu ensemble et se sont mutuellement influencées pendant des années y est particulièrement prégnante.

Après ma visite, je suis montée au sommet du Beffroi de la Cathédrale (qui prend place dans le minaret de l’ancienne mosquée) pour profiter de la vue sur la Mezquida et sur la ville qui s’étend à nos pieds. Je me suis ensuite rendue à l’Alcazar pour visiter ses magnifiques jardins dans lesquels j’ai pris énormément de plaisir à déambuler et respirer le parfum des fleurs d’orangers…

Cordoue m’a fait beaucoup de bien : ses placettes aux terrasses accueillantes m’ont permis de me retrouver face à moi même dans un cadre exceptionnel et de m’enfoncer peu à peu dans le rythme des vacances. Mine de rien, nous sommes loin d’être seul lors d’un voyage en solo : il faut accepter sa propre présence, ses angoisses et ses peurs, et rien ne peut faire diversion à cette compagnie. Cordoue m’a apaisée et m’a aidée à me sentir en accord avec ce que je suis. Alors, Cordoue, merci à tes fontaines, tes caña à l’ombre des orangers, tes bougainvilliers, ta météo clémente, tes calamars grillés, la beauté de ton architecture et de tes jardins. Tu m’as rendue heureuse et reconnaissante d’avoir pu faire ta connaissance.

• A Cordoue, j’ai aimé… •

…Déjeuner à La Abuela

…Dîner à El Perro Andaluz

…Prendre une glace chez Flor de Levante

…Boire une caña en écoutant un concert de jazz au Jazz Café

…Dormir à l’auberge Bed and Be (qui organise des apéro en début de soirée, parfait pour les voyageurs solos)

Et je vous recommande de vous procurer la très bonne carte use-it de la Ville : sans le savoir les adresses que j’ai particulièrement aimées étaient dedans !

 

•| Grenade, ou l’odeur des fleurs d’oranger|•

Après un trajet en bus difficile pour qui a le mal des transports (la route magnifique était malheureusement tout en lacets), je suis arrivée à Grenade, l’étape que j’attendais avec le plus d’impatience ! Sans bien savoir pourquoi, je rêvais depuis l’adolescence de découvrir l’Alhambra qui, dans mon imaginaire, devait être un château digne des Mille et Une Nuits. En le découvrant pour la première fois, je me suis d’ailleurs fait la réflexion sur le mal que peuvent faire les réseaux sociaux (et en particulier Instagram) sur le plaisir pris lors d’un voyage. L’Andalousie étant plus une destination « masse » que « influenceurs », je n’avais quasiment vu aucune image des villes que je m’apprêtais à découvrir. Je suis donc arrivée dans le sud de l’Espagne avec aucun à priori, aucune photo toute faite ou « lieux à voir » et le voyage n’en a été que plus beau… tout était découverte, confrontation avec mon imaginaire, je ne cherchais rien en particulier et étais ouverte à tout ce que la région pouvait m’offrir.

Après m’être remise de mes émotions du voyage, je me suis dirigée vers l’Albaicín, l’ancien quartier arabe de la ville. Les maisons blanches, à flanc de colline prennent place autour de ruelles étroites et sinueuses (faites de galets qui font mal aux pieds !) qui s’ouvrent tout à coup sur de magnifiques panoramas sur la ville et la colline voisine ou siège l’Alhambra. Magique !

Et tout d’un coup, les nuages se lèvent et les montagnes de la Sierra Nevada apparaissent…

J’ai passé une large part de ma seconde journée à Grenade sur le site de l’Alhambra, en commençant par visiter la partie la plus dépouillée – l’Alacazaba – pour finir par les Palais Nasrides, d’une beauté à couper le souffle. Cette gradation m’a permis de me tenir en haleine au fil des heures et d’être constamment émerveillée ! Pendant toute cette journée, un peu comme lors de ma visite de la Cathédrale de Cordoue, je me suis sentie infiniment reconnaissante et émue d’être là, d’avoir la chance de découvrir ce trésor façonné par la main des hommes. L’humanité est capable de si belles choses…

La visite est un plaisir pour tous les sens : la vue, bien sur, avec des détails architecturaux sublimes et les panoramas sur la ville et les collines avoisinantes ; l’odorat, avec les orangers en fleur ; l’ouie – le bruit des fontaines, encore et toujours… ; le toucher avec les textures des mosaïques qui ornent les murs des palais…

Au bas de la colline surplombée par l’Alhambra, se trouve le quartier du Realejo dans lequel il est aussi agréable de flâner. Les maisons y sont belles et fleuries et les murs ornés d’œuvres de l’artiste El Niño de las Pinturas.

Dernier coup de cœur de mon séjour grenadin : la balade faite depuis le centre ville (et après un délicieux Chocolate con Churros !) vers l’Abadía del Sacromonte. Mes pas m’ont fait passer à travers l’Albaicín puis le quartier de Sacromonte, un peu à part de la ville, fait de bric et de broc, avec des maisons blanches creusées à flanc de colline et des agaves poussant un peu partout. Au retour, marchant un peu au hasard en fonction de mes envies, je suis tombée sur un Mirador au calme, avec une petite terrasse et une vue dégagée sur l’Alhambra. Le paradis !

• A Grenade, j’ai aimé… •

…Déjeuner à La Bodegas Castañeda et au Basil Granada

…Prendre un thé sur la terrasse avec vue de Abaco Te

…Prendre une glace chez Heladeria Italianos

…Manger des tapas de la mer à Los Diamantes

…Prendre un verre et une tapa chez Poë

…Petit-déjeuner de Chocolate con Churos place Bib-Rambla

…Prendre une bière avec vue au Mirador de Mario Maria

…Me délasser au Hamma Al Andalus

…Loger à la belle auberge Granada Inn Backpackers

•| Séville, l’exubérance des couleurs|•

Dernière étape de mon séjour, la belle Séville ! A mon arrivée à la gare routière, je me suis sentie un peu déstabilisée par cette « grande » ville. Après avoir trouvé mes repères à Cordoue et Grenade et passé d’excellents moments, allais-je réussir à apprivoiser cette nouvelle ville ?

Je prépare peu (pour ne pas dire pas) mes séjours à l’avance : je me contente souvent de lire mon guide la veille de me rendre dans un nouvel endroit, j’aime cette idée d’arriver sans trop d’a priori . Cependant, dans le cas d’une ville de plus grande importance, il est toujours un peu compliqué de s’éloigner de l’hypercentre touristique, de trouver les coins sympas où sortir, se promener… Tout dépend alors de la chance et des rencontres ! Dans mon cas, le premier jour, il y a eu de la chance : je suis tombée un peu par hasard sur le Metropol Parasol, une magnifique structure en bois en plein centre-ville historique dont le toit est accessible et offre une vue magnifique sur la ville. Je suis montée en fin d’après-midi, lorsque la lumière était rasante, c’était magnifique.

Après une traversée du centre-ville tout en couleur et à l’architecture plus exubérante que mes précédentes étapes andalouses, je suis arrivée à la Plaza de España. Cette drôle de construction en briques rouges, située dans l’agréable Parque de María Luisa, est dotée de canaux et recouverte d’azulejos représentant les provinces espagnoles : j’ai trouvé celle de la Galice où j’avais passé un très bel été et d’où est originaire mon amie Laura !

Le lendemain, je me suis rendue à l’Alcázar, sublime palais sévillan construit au Xe siècle et qui a subit de nombreux travaux au fil du temps, en fonction des gouverneurs et rois de différentes religions qui s’y installèrent. Comme pour l’Alhambra, je fus particulièrement émue de me balader dans ses salles et jardins qui ont traversé les siècles et l’histoire de cette région. Et que dire de la beauté du lieu, de la finesse des détails, de l’art des artisans qui ont œuvré sur les décors de ce palais !

J’ai choisi de passer mon dernier jour de vacances sur les bords du Guadalquivir, à profiter du soleil, de la belle vue sur les façades colorées, du bruit de l’eau… Je suis ensuite passée de l’autre côté, dans le quartier de Triana, où les ruelles abritent de jolies petites maisons et placettes animées. J’ai passé cette journée sur un rythme plus doux, à essayer de profiter de chaque instant, du plaisir des sens (qui a dit Chocolate con Churros ?). Ces dix jours andalous m’ont fait un bien fou, je suis revenue (pas trop) reposée, avec des projets à nouveau plein la tête, des envies, ressourcée… Ces jours à marcher au ralenti, à profiter de chaque instant, même les plus simples, rester sur une terrasse et laisser mon esprit vagabonder, feuilleter quelques pages d’un roman sur un banc, m’ont permis de relancer certains projets personnels (coucou les travaux dans l’appartement – la raison de mon absence ici) qui, avec leurs aléas et difficultés, m’auraient mise fortement à mal si je n’avais pas eu cette magnifique parenthèse.

• A Séville, j’ai aimé… •

…Déjeuner et/ou prendre un verre à l’Alameda de Hercules

…Manger des churros trempés dans du chocolat chaud chez Kukuchuros

…Déjeuner à la Taberna Miami

13 Replies to “Un séjour andalou | Cordoue, Grenade & Séville”

  1. Très jolies photos !
    Pour ma part, j’avais évincé Cordoue de notre parcours au profit de Ronda et Cadix. Mais la région est si belle qu’il faudrait avoir un mois !

    1. Je n’avais pas de voiture, donc mon trajet s’explique aussi par ça… Mais oui, la région parait magnifique et on peut facilement y passer un mois, j’en suis sure ! (mais c’est bien, j’ai plein d’autres projets pour l’Andalousie comme ça 😉 )

  2. Tes photos sont magnifiques et me donnent envie de faire le tour de l’Andalousie! J’ai adoré Séville et je rêve désormais de visiter Cordoue et l’Alhambra!!

    1. Oui, ce sont des villes magnifiques. Mais je suis sure de n’avoir fait effleurer cette belle région !

  3. Bel article et belles photos ! J’avais trouvé un job à Cordoue mais j’avais fini par refuser à cause de conditions pas top top mais je pense que j’aurais aimé vivre dans cette ville, tes photos me le confirment encore plus !

    1. Je pense que la vie à Cordoue peut être magnifique. Par contre les conditions de travail en Espagne, surtout en tant que prof de français à l’étranger (je ne me trompe pas, n’est-ce pas ?) ne sont pas évidentes… (j’ai une copine qui s’est un peu cassé les dents à Madrid)

  4. Merci pour cet article bien écrit et si joliment illustré! Il y a longtemps que je rêve de visiter l’Andalousie et je l’ai au moins fait par procuration, en attendant l’occasion d’y aller pour de vrai!

    1. J’espère que ce voyage arrivera dans un futur proche. C’est une si belle région… et pas si loin de la France !

  5. Tes photos sont magnifiques, cette région est superbe et donne vraiment envie de visiter. J’adore les petits villages rustiques et colorés de ce type 🙂

    1. Merci pour ton commentaire ! Par contre, attention, Cordoue et Grenade ne sont pas du tout des villages (300 000 et 200 000 habitants tout de même !)

  6. Bel articles et très belles photos. Nous partons en road trip 15 jours en Andalousie fin septembre et je vais m’inspirer de ton article pour les visites de ces trois villes :). Nous allons également à Ronda et Cadix, j’ai tellement hâte !

  7. C’est vraiment sublime ! Cet été, je me suis faite la même réflexion à propos d’instagram. Mais dans le sens « inverse », puisque j’ai un peu cédé à une destination « influenceur » et instagrammable. Et parfois, c’étai quand même dur de ce dire que parfois, la réalité ne dépasse pas instagram ….
    En tout cas, ton voyage en solo semble être effectivement une belle parenthèse ! Ca m’a même donné envie de tester un jour un séjour de plusieurs jours en solo …
    (Je crois que fais parti des rares français à être resté au travail durant les ponts de mai ^^)

    1. J’ai changé de travail l’année dernière et ai perdu plusieurs semaines de congés donc forcement, je suis maintenant à l’affût de tout combo jours fériés + vacances…
      J’allais plutôt à reculons, et pas vraiment pas choix, pour ce voyage solo et finalement, j’ai adoré et je réitère dans 15 jours !

Laisser un commentaire